La pulsion sexuelle

La newsletter Lalalove.

Un email par mois pour booster votre couple (articles, inspirations, conseils pratiques, chiffres-clés...).
Abonnez-vous :

La newsletter Lalalove.

Un email par mois pour booster votre couple (articles, inspirations, conseils pratiques, chiffres-clés...) Abonnez-vous :

Le désir sexuel apparaît dans l’imaginaire collectif comme étant simple et évident. Il y a quelque chose d’assez archaïque dans l’élan qui pousse deux corps à se rencontrer. Pourquoi la libido fluctue-t-elle donc autant d’une personne à l’autre, d’une période de vie à une autre ? Pourquoi paraît-elle plus évidente chez l’homme que chez la femme ?

Ce qui se joue au-delà des stéréotypes

Une réalité physiologique confirme cette idée reçue. L’excitation sexuelle masculine se manifeste extérieurement par l’érection et elle est donc évidente. La femme peut également ressentir l’excitation sexuelle dans son corps, mais ce sont des signaux faibles qui nécessitent une attention éveillée. Dans une culture où le corps est souvent délaissé pour faire la part belle au mental, le cerveau a tendance à porter son attention plus naturellement sur la liste des tâches à accomplir. Difficile alors de trouver la place pour accueillir la pulsion.

Combattre les idées reçues

Autre idée reçue souvent entendue, « les hommes ont des pulsions, c’est ainsi, c’est dans l’ordre des choses. Aux femmes de ne pas les éveiller ou bien d’être capables de les assumer. » Ce cliché, totalement erroné, pose un double problème : il ne laisse place ni à la liberté, au consentement, ni à l’éducation de la pulsion.

Comme la pulsion sexuelle est belle !

La pulsion est belle ! Elle est un élan de vie à accueillir sans jugement. Non je ne suis pas un/une obsédé(e) parce que je suis attiré(e) par une autre personne et que j’imagine ce que j’aimerais faire avec elle ! C’est une pensée agréable, qui génère des émotions qui me font du bien. C’est une pensée qui me met en mouvement vers l’autre, qui me met en relation ; et n’est-ce pas profondément notre nature humaine de tisser des liens avec les autres ?

Ni la frustrer, ni s’y soumettre !

Nous ne sommes pas obligés de répondre à toutes les pulsions et pas instantanément. Étant des êtres en trois dimensions – cœur, corps, esprit – l’un ne prévalant pas sur l’autre, nous pouvons toujours avoir recours à l’une ou l’autre de nos dimensions quand nos réactions ne nous semblent pas ajustées à la situation. Il ne s’agit pas de frustrer sa pulsion pour autant. Nous pouvons accueillir cette pulsion avec bienveillance et évaluer la situation. Si notre corps nous informe d’un certain état d’excitation alors que nous ne sommes pas avec la personne avec qui nous désirons vivre une relation durable, ou dans un contexte approprié, ou que mon/ma partenaire n’est pas disponible, nous avons la possibilité d’informer notre corps de renoncer ou de patienter.

Surfer sur la phase de plateau

La pulsion naît soit d’une stimulation extérieure – par nos sens, soit intérieure – par nos pensées, accompagnée d’une émotion d’excitation qui se manifestera par une réaction physiologique. Intervient alors une phase méconnue : la phase de plateau. C’est à ce moment que le cerveau peut intervenir et que nous pouvons en conscience reprendre le contrôle. Cela peut générer un sentiment de frustration, mais la frustration n’est pas un mal en soit. Quand elle est vécue sur le long terme, elle peut engendrer de la colère ou de la tristesse et en cela il ne faut pas l’ignorer. Mais nous sommes capables de supporter une légère frustration quand nous savons pourquoi nous le faisons. Tout dépend donc du sens que nous voulons y donner. Sachant cela, nous pouvons vivre la pulsion sexuelle comme une bonne nouvelle lorsqu’elle est présente, et trouver des outils pour la relancer lorsque celle-ci semble moins accessible, pour le bienfait de la relation que nous voulons vivre !

Tout ou rien ?

Il n’y a pas d’un côté les personnes toujours connectée à leur pulsion sexuelle et de l’autre ceux qui ne le sont pas. Au gré des expériences heureuses ou malheureuses, des périodes de vie, des étapes d’une relation, la pulsion peut suivre une jolie courbe en creux et en pics. Dans une relation les courbes peuvent se croiser, s’éloigner, et ce n’est pas grave. Ce qu’il est bon de faire est d’en prendre conscience et de poser des mots en couple. La prise de conscience et le partage peuvent adoucir la difficulté à se synchroniser et créer un pont entre les deux élans. Quand cela est trop difficile, il y a toujours la possibilité de chercher un accompagnement pour apaiser les tensions que cela pourrait créer et trouver des solutions.

« J’ai besoin de tes mains sur moi
Et de ton souffle et de ta voix
De tes joies, de tes plaintes
De tes cris, de tes craintes… »
Donne-moi, donne-moi ton corps – Johnny Hallyday


Quelques question pour aller plus loin…

  • Suis-je à l’écoute de ma pulsion sexuelle ?
  • Qu’est-ce qui la stimule ?
  • Comment est-ce que je l’accueille ?
  • Comme est-ce que j’y réponds ?
  • Est-ce que je reçois ta pulsion ?
  • Est-ce que je me sens libre de la façon d’y répondre ?



Par Flavie Taisne, sexothérapeute & contributrice sur Oh My Love.

Téléchargez Oh My Love !

Pré-inscrivez-vous dès maintenant, nous vous offrons 1 mois d’abonnement premium  🥰

 

Offre valable jusqu’au 1er décembre 2023.

En vous pré-inscrivant vous acceptez de recevoir la newsletter et les actualités d’Oh My Love !